Réforme du droit individuel à la formation : les professionnels en langues toujours et encore à la peine…

Il y a une dizaine d’années, la place faite aux langues, dans la mondialisation et l’européanisation, semblait pouvoir, dans tous les dispositifs d’apprentissage et à tous les niveaux éducatifs, tranquillement s’améliorer, et les formateurs en langues croyaient, avec le DIF, pouvoir raisonnablement tirer quelques fruits de leur expertise, et atteindre une certaine reconnaissance dans leur métier… Lire la suite